10 janv. 2017

La renaissance du temps article 3): Partie II chapitre 10

La renaissance du temps article 3 (Lee Smolin Partie II chap. 10)
Nouveaux principes de cosmologie 





http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2013/136/smolin.htm
(Time Reborn: From the Crisis in Physics to the Future of the Universe)

Préambule: Dans ces articles que je consacre à Lee Smolin, j'écris la suite des articles de mon blog à propos des univers multiples d'Aurélien Barrau pour les quels je retiens quelques commentaires qui vont orienter mes réflexions nouvelles.
Dans l'article "D'après Aurélien Barrau, Univers multiples Chap 1)": les propositions nouvelles face aux problèmes et paradoxes de la physique "peuvent constituer une "pulsion inchoactive" qui poussera vers une découverte sans précédent ou bien vers un réenchantement de ce que l'on savait déjà sans en avoir pris la "dé-mesure" et finalement vers une nouvelle sacralisation du "monde".
Dans "D'après Aurélien Barrau, Univers multiples. La gravitation quantique chp. 9": au chapitre L ConclusionCet article fait suite à l'article "D'après Aurélien Barrau, Univers multiples Chap 1)": "Aujourd'hui, la physique est en crise, le monde est en crise. Avec Lee Smolin et son "rien ne va plus en physique", Carlo rovelli parle de la schizophrénie bipolaire des physiciens (voir une révolution inachevée). La vision anthropique de Trin Xhuan Thuan et ma vision évangélique du monde, qui s'origine dans les mythes de l'Un et de l'ordre émergeant du Chaos initial, semblent exclus de la vision de bien des physiciens et cosmologues qui découvrent, comme l'a fait Jean Pierre Luminet, que l'Univers ne peut avoir été infiniment dense et donc que le big bang ne peut avoir été tel qu'on se l'imaginait depuis de nombreuses décennies. La possibilité d'un avant big bang a été mise en évidence avec un univers précédent qui se serait condensé jusqu'à une taille extrêmement petite mais non nulle et qui aurait "rebondi" en un big bounce pour donner notre Univers actuel en expansion après le phénomène d'inflation cosmique. Un des derniers rebondissements de ces recherches, avec Lee Smolin, pourrait bien aboutir avec sa "renaissance du temps" à une solution de la contradiction entre la physique quantique et la théorie de la relativité. A priori, ce serait une théorie unifiée des interactions fondamentales.

-&&&-
Nous avons vu , au cours du long article consacré au chapitre 9 du livre "les mpndes multiples", de nombreuses théories nouvelles ou hypothèses qui proposent l'unification de la physique ou tout au moins des explications aux dilemmes et paradoxes que la cosmologie moderne a mis en évidence. Mais, dans "la renaissance du temps", au chapitre 8, Lee Smolin prévient: Le paradigme newtonien ne peut même pas apporter un embryon de réponse à ces questions et dilemmes: Pourquoi ces lois? Pourquoi ces conditions initiales de l'univers? Quel mécanisme les a t-il sélectionnées parmi une multitude infinie de possibilités? etc. Il appelle ceci "l'erreur cosmologique": appliquer à l’Univers entier dans sa globalité des lois établies et vérifiées sur des sous-systèmes. Dans le paradigme newtonien, ce que nous appelons une loi doit s'appliquer dans tous les cas. Mais l'application d'une loi à n'importe quel morceau d'univers implique une approximation, parce que nous devons négliger toutes les interactions entre ce morceau et le reste de l'univers. Donc les applications vérifiables d'une loi sont toutes des approximations. Smolin fait remarquer en particulier que les lois se vérifient sur beaucoup de sous-systèmes. Mais si on veut appliquer une loi de la nature sans approximation, c'est à l'univers entier qu'il faudrait l'appliquer, alors que nous n’avons qu’un seul Univers sous la main. Et un seul cas n'apporte pas suffisamment d'indices pour justifier l'affirmation qu'une loi particulière de la nature s'applique. C'est ce que Lee Smolin appelle le dilemme cosmologique (faire de la physique dans une boite: "on considère un petit sous-système isolé du reste de l’univers dans lequel on néglige certains effets pour ne s’intéresser qu’à certaines variables qui définissent un espace de configuration, atemporel"). Et pourquoi cette loi et pas une autre? De plus, beaucoup de théories cosmologiques (théorie des cordeséquation d’Einstein …) admettent en réalité une infinité de solutions, parmi lesquelles une seule correspond à notre univers. Doit-on se résoudre à admettre l’existence d’une infinité d’Univers inaccessibles pour pouvoir justifier le notre par un principe anthropique
Nous pensions, dit Lee Smolin, savoir comment répondre à ces questions. Une théorie unique mathématiquement cohérente pourrait incorporer les 4 lois fondamentales de la nature. Mais cet espoir a été anéanti. On se trouve face à ce qu'il appelle "le défi cosmologique". On vient de voir qu'il faudrait étendre la science à une théorie de l'Univers entier. Le défi est qu'il ne peut pas exister de composante statique qui puisse servir de cadre de référence, car tout dans l'Univers change et il n'existe aucun extérieur, rien qui puisse être qualifié de fond par rapport auquel les mouvements du reste de l'Univers (que nous négligeons). Or, toutes les théories physiques divisent le monde en deux parties, une partie « dynamique », qui change, et une statique, qui contient un « fond » de choses immuables, comme les constantes fondamentales.  Le « défi cosmologique » consiste à formuler une théorie de l’univers « indépendante du fond », purement dynamique afin de ne rien supposer d’extérieur à l’Univers: " Lorsqu’on fait de la « physique dans une boite », le « fond » comprend notamment les conditions initiales, et la méthode expérimentale permet de contrôler les conditions initiales afin de s’assurer que les lois sont indépendantes de ces conditions. En cosmologie, cette distinction entre « lois » et « conditions initiales » aggrave le problème qu’elle résout « dans une boite »: si nos observations du fond diffus cosmologique ne correspondent pas bien à la théorie de l’inflation cosmologique, faudra-il corriger la loi ou les conditions initiales? Smolin critique aussi les théories effectives qui décrivent bien ce qui se passe à une certaine échelle de grandeur, mais en négligeant l’influence de ce qui est beaucoup plus grand ou plus petit." Pour Smolin, la théorie issue du défi cosmologique doit tenir compte de tout, sans rien négliger."

Je vais maintenant retracer "ma lecture" plus complète du livre de Lee Smolin d'une manière peu orthodoxe en ne commençant pas par la partie I ("le poids: le mort du temps), mais par la partie II "Lumière: la renaissance du temps". La partie I fera l'objet d'autre articles. Cette "mort du temps" est comme l'épilogue de la constatation de Lee Smolin traduite par son livre "rien ne va plus en physique (l'échec de la théorie des cordes)". Cette partie I 
explique pourquoi depuis la naissance de la science moderne, avec l'effet Copernic et Galilée, le paradigme newtonien sous-tend toutes les théories y compris les théories quantiques et  la relativité  (le « paradigme newtonien » et ce qu'il a impliqué, dont l'hypothèse des multivers, Il est utile pour décrire l'évolution d'un système dans un laboratoire, mais il perd tout sens appliqué à l'univers entier. Il n'explique pas pourquoi telles ou telles lois sont choisies parmi l'infinité de lois possibles.Selon ce paradigme, un système, quel qu'il soit, pourrait être décrit par un ensemble d'états initiaux qui lui sont attribués, puis par les lois présidant à son évolution en fonction du temps. Mais si ces données sont utilisées initialement pour décrire le système, il n'est pas possible de considérer qu'elles pourraient aussi être le résultat de son évolution. Il faut rechercher d'autres lois, ce que je vais tenter de faire maintenant en commentant celui qui ose affronter un nouveau paradigme, Lee Smolin.


http://www.wearealgerians.com/up/uploads/139910915883722.pdf

Rien ne va plus en physique ! - L'échec de la théorie des cordes 

http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2013/136/smolin.htm
(Time Reborn: From the Crisis in Physics to the Future of the Universe)



http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-renaissance-du-temps-pour-en-151868 (par Bernard Dugué (La renaissance du temps : pour en finir avec la crise de la physique ?)

http://medias.dunod.com/document/9782100706679/Feuilletage.pdf (la renaissance du temps Dunod: quelques pages à feuilleter)

http://www.paris8philo.com/article-33714241.html: à propos de rien ne va plus en physique: billet de Jean Zin, pour une physique pluraliste, qui nous paraît essentiel pour comprendre les enjeux des théories physiques actuelles qui souvent tendent vers l'impossible, hors toute avancée, toute brèche se fait par dissymétrie, sans souci du qu'en-dira-t-on il suffit de voir l'attitude de Grigori Perelman, si non-chalante vis-à-vis de la communauté scientifique, ou devrait-on dire l'etablishment. Jean Zin reste un grand guetteur de ce qui se passe en science, nous vous recomandonsses articles.

1) Rappels.
Nous avons vu dans l'article II donnant ma lecture de la renaissance du temps chapitre 8, que pour Lee Smolin, la seule manière d'échapper aux problèmes, dilemmes et paradoxes qui se présentent devant la physique actuelle, c'est d'adopter une méthodologie qui va au-delà du paradigme newtonien (le partage du monde en ses composantes dynamiques et un fond qui "le cerne" est  la caractéristique géniale du paradigme newtonien) c'est à dire chercher un nouveau paradigme applicable à la physique à l'échelle de l'univers. On l'a vu, l'application d'une loi à n'importe quel morceau de l'univers implique une approximation  parce que c'est faire de la physique dans une boiteet il faut alors négliger toutes les interactions entre ce morceau et le reste de l'univers. Mais il n'existe qu'un univers, ce qui signifie qu'appliquer une loi particulière à ce cas unique ne peut apporter suffisamment d'indices pour affirmer qu'elle s'y applique. c'est ce que Lee Smolin appelle le dilemme cosmologique.
Puis dans l'article II traitant du chapitre 9  de la renaissance du temps, nous avons vu qu'il ne peut pas exister de composante statique car tout dans l'univers change et il n'existe aucun extérieur, rien par rapport à quoi les mouvements du reste puissent être mesurés si l'univers est ce qui contient TOUT. Surmonter ce obstacle est ce que Lee Smolin appelle le défi cosmologique. Mais comment surmonter cet obstacle et relever le défi? Nous devons formuler une théorie nouvelle, que nous pourrons appliquer de façon consistante,   (sans incohérence) à TOUT l'univers.
Mais le succès actuel de la physique repose sur l'étude des subdivisions de la nature, modélisées par des théories effectivesDans l'histoire de la physique, on n'a jamais pu comparer les prévisions d'une théorie voulant être "vraiment fondamentale" avec l'expérience (une théorie "fondamentale" ne peut comprise comme une théorie effective). Cependant, ainsi Lee Smolin conclue t-il le chapitre 9,"il n'est pas interdit de cultiver l'ambition d'inventer une théorie fondamentale qui décrira enfin la nature sans approximation. Mais la logique comme l'histoire nous disent que ceci sera impossible tant que nous resterons dans le paradigme newtonien. Aussi admirables que soient la physique newtonienne, le relativité générale, la mécanique quantique et le modèle standard, ils ne pourront nous servir de canevas pour une théorie fondamentale en cosmologie. Le seul chemin possible vers une telle théorie nous force à relever le défi cosmologique et à façonner une théorie hors du monde du paradigme newtonien, pouvant être appliquée à l'univers entier sans aucune approximation"
C'est ce qui va être envisagé dans la suite de cet article.

2) Nouveaux principes de cosmologie ("La renaissance du temps" chapitre 10).
     
planete.gaia.free.fr -vers une Révolution Cosmologique?
2-1) Commençons cette recherche qui pourra peut-être déboucher sur une vraie théorie de l'univers entier, qui englobe tout. Comme on l'a vu au chapitre 1) u
ne telle théorie doit éviter le dilemme cosmologique et être indépendante du fond, ne supposant donc aucune division du monde en deux parties, l'une contenant les variables dynamiques en évolution, et l'autre le fond, c'est à dire les structures fixes qui constituent l'arrière-plan donnant du sens aux parties en évolution. Une théorie de l’univers « indépendante du fond », est purement dynamique afin de ne rien supposer d’extérieur à l’Univers: Lorsqu’on fait de la «physique dans une boite», le «fond » comprend notamment les conditions initiales, et la méthode expérimentale permet de contrôler les conditions initiales afin de s’assurer que les lois sont indépendantes de ces conditions. La réalité que considère la théorie est donc définie non par rapport à un fond qui serait "le reste" fixe et non changeant, mais en considérant ce reste comme lui-aussi sujet au changement. Alors que doit être cette théorie de l'univers, la théorie vraiment cosmologique inconnue qu'on recherche?
     *La nouvelle théorie doit contenir ce que nous savons déjà sur la nature. Les théories actuelles (le modèle standard, la relativité générale et la physique quantique) doivent en émerger en tant qu'approximations dès qu'on se restreint aux échelles de distance et de temps plus petites que le cosmos.
     *La nouvelle théorie doit être scientifique et donc impliquer des prédictions spécifiques qu'on peut anticiper et mettre en test avec des expériences réalistes (le Dr Goulu commente dans La Renaissance du Temps 1/2 au chap. 10: J’ai adoré ça !)
     *La nouvelle théorie devrait répondre à la question que nous avons évoquée dans l'article I au chapitre 2: l'erreur cosmologique -Pourquoi le paradigme newtonien ne pourra pas nous apporter de réponse?): "Pourquoi ces lois"? Qu'est-ce qui a les a sélectionnées au détriment d'autres lois qui auraient pu gouverner le monde? Comment et pourquoi les particules élémentaires et les 4 forces (et y a t-il une 5ème force?) décrites dans le modèle standard ont été sélectionnées? La théorie doit pouvoir expliquer les valeurs (extrêmement improbables) des constantes fondamentales de notre univers et les paramètres comme les masses des particules élémentaires et les intensités des forces fondamentales.
     *La nouvelle théorie devrait répondre à la question "Pourquoi ces conditions initiales"? L'univers commence au big bang avec un ensemble particulier de conditions initiales. Pourquoi ces conditions initiales? En effet quand les lois sont fixées, il y a toujours un nombre infini de conditions initiales pour le commencement de l'univers. Quel mécanisme les a t-il sélectionnées parmi le nombre infini de possibilités?

     2-2) Pour répondre à ces exigences minimales, observons attentivement l'histoire de la physique au cours des 4 siècles précédents!  Tel est le conseil de David Finkelstein à Lee Smolin pour avoir un bon départ pour l'énorme saut conceptuel dont la physique a besoin. Pour réfléchir sur l'univers entier, il faut aller au-delà de ce que la sagesse collective contenue dans les écrits des grands esprits qui ont inventé les théories du monde naturel nous a appris, depuis Leibniz, Kepler, Galilée, Newton, Mach, Einstein et les autres...Que nous en dit Lee Smolin?
     -Nous devons exiger un principe de fermeture explicative pour que les explications que donnera notre théorie soient des aspects de notre univers qui dépendent uniquement des choses qui existent ou se produisent dans l'univers. Aucune chaîne d'explication ne doit aboutir hors de l'univers. Les limites et les confusions avec le "principe de complétude" sont à examiner avec attention. En effet, "...Avons-nous besoin de recruter un événement non physique pour expliquer causalement un événement physique ? Est-il concevable de faire entrer dans les lois physiques, des forces ou des entités qui ne seraient pas physiques ? Si de telles forces ou entités non physiques causaient des événements dans le monde physique, elles violeraient un principe à la base même de notre conception des lois naturelles, à savoir que tout événement physique doit recevoir une étiologie physique complète." Cela revient à se reposer la question qu'est-ce que l'univers? Concerne t-il uniquement les aspects physiques et mesurables? La nouvelle théorie ne devra t-elle pas s'engager sur "qu'est ce que le réel"?
     -La nouvelle théorie et le principe de raison suffisante. 
La fermeture explicative implique que "Pour être scientifique, une théorie n'a pas à donner une réponse précise à n'importe quelle question que vous pouvez imaginer, mais il devrait y avoir un grand nombre de questions auxquelles nous pensons pouvoir répondre si nous connaissons plus de détails sur l'univers..." Mais le principe de raison suffisante de Leibniz  dans sa formulation originelle, par Leibniz, affirme que « jamais rien n'arrive sans qu'il y ait une cause ou du moins une raison déterminante, c'est-à-dire qui puisse servir à rendre raison a priori pourquoi cela est existant plutôt que non existant et pourquoi cela est ainsi plutôt que de toute autre façon ». Ce principe postule qu'il devrait y avoir une réponse à toute question raisonnable qu'on pourrait se poser en réfléchissant pourquoi l'univers a certaines particularités. Pour une nouvelle théorie scientifique un test est de voir si elle augmente le nombre de questions auxquelles on sait répondre. Et si elle permet de trouver des raisons à des aspects de l'univers que les précédentes théories ne permettaient pas d'expliquer on peut dire que c'est un progrès. Donc la nouvelle théorie doit être conforme au principe au principe de raison suffisante.
     -Conséquences qui devraient contraindre une théorie cosmologique.
      

     * Principe d'absence d'actions sans réciproque: rien dans l'univers ne peut agir sur d'autres choses sans en être affecté. Toutes les forces et les influences devraient être mutuelles (action = réaction). Comme on le voit, ce principe est évident dans la mécanique newtonienne. De façon plus subtile, c'est lui qu'Einstein invoqua pour justifier le remplacement de la gravitation de Newton par la relativité générale. L'argument est que l'espace absolu de Newton dicte aux corps comment se déplacer mais il n'y a rien qui soit réciproque. "L'espace de Newton est pensé comme intemporel universel et absolu. L'espace est une sorte de substance, qui est indépendant de toute matière et possède une structure d'espace euclidien à trois dimensions. Cet espace persiste à travers le temps sans aucun changement". L'espace absolu est, c'est tout et il ne dicte pas aux corps comment se déplacer. Alors que dans la théorie de la relativité générale, la relation entre la matière et la géométrie est réciproque: la géométrie dit à la matière comment se déplacer et, en retour, la matière influence (par le tenseur énergie-impulsion) la courbure de l'espace-temps représentée par le tenseur d'Einstein. Le temps, pour Newton  est, comme l'espace, un absolu. Il s'écoule de la même façon, que l'univers soit vide ou rempli de matière. Mais Einstein a changé le concept du temps et,en relativité générale, la matière a un effet sur le comportement des horloges. TThibaud Damour explique: "Dans l'espace plat d'avant Einstein, la somme des angles d'un triangle vaut deux angles droits. Avec Einstein, si l'espace est déformé par une masse dans l'espace, la somme des angles n'est plus égale à deux angles droits ! Avant lui, deux horloges tictaquent toujours de la même façon même si elles bougent ou sont proches de corps massifs. Dans la théorie d'Einstein, si vous placez une horloge à la surface de la Terre et une autre dans le ciel, elles ne tictaquent plus à la même vitesse. Le temps est ralenti par le champ de gravitation. Si vous poussez les choses et comprimez une masse, cela devient plus violent encore. Comprimons le Soleil jusqu'à lui donner un rayon de 3 kilomètres : le temps ne s'écoule plus à sa surface ! Il s'arrête ! Dans l'exemple des jumeaux de la relativité restreinte (celui qui voyage à grande vitesse vieillit moins vite que celui resté sur Terre), la vitesse ralentit le temps. Mais la masse ralentit aussi le temps. Et peut même l'arrêter !"
     *Ce principe d'absence d'action sans réciproque, par ailleurs, interdit toute référence à une structure de fond. Nous l'avons vu dans l'article 1 au chapitre 1 avec "Le défi cosmologique". Pour relever ce défi, il est nécessaire que la nouvelle théorie soit "indépendantes du fond", de ce fond dont les propriétés sont fixées pour toujours, que Lee Smolin voit comme une persistance des idées platoniciennes. (La "théorie des formes intelligibles est la doctrine de Platon selon laquelle les concepts, notions, ou idées abstraites, existent réellement, sont immuables et universels et forment les modèles (archétypes) des choses et formes que nous percevons avec nos organes sensoriels"). Pour Lee Smolin, ces structures de fond " sont l'inconscient de la physique"qui ont façonné silencieusement la pensée humaine pour donner du sens aux concepts qui sont utilisés pour "voir", imaginer et re-présenter le monde. Par exemple, le concept de position semble aller de soi parce que nous formulons des hypothèses inconscientes sur l'existence d'une référence absolue. Kant, lui, nous dit que le temps comme l'espace sont des formes pures de notre sensibilité. Ce sont des catégories de notre entendement. Ils permettent un classement, donc sont utiles à l'action. Mais l'esprit est au-delà du temps et de l'espace. Sans ces concepts purs de l’entendement, aucune expérience ne serait possible. Aucun objet ne nous apparaîtrait. Ce sont les conditions de toute expérience possible. Ils ne sont donc pas formés grâce à l’expérience, c’est bien au contraire grâce à eux qu’une expérience se forme. C’est pourquoi ce sont des concepts a priori. Mais pour Smolin, ces hypothèses inconscientes sur l'existence d'une référence absolue n'ont pas lieu d'être. L'histoire de la physique montre que plusieurs étapes fondamentales qui ont reconnu l'existence d'un fond fixe ont consisté à l'enlever et à la remplacer par une cause dynamique. Un exemple bien connu est celui de Ernst Mach par sa réfutation de newton en suggérant que l'impression de vertige que nous ressentons en tournant sur nous-mêmes est dû au fait que notre mouvement s'effectue par rapport à la matière dans l'univers et non par rapport à un espace absolu. C'est le principe de Mach, "qui est une conjecture selon laquelle l'inertie des objets matériels serait induite par « l'ensemble des autres masses présentes dans l'univers », par une interaction non spécifiée. L'idée de Mach a influencé Einstein dans son idée que la matière « engendrait par nature » l'espace qui était autour d'elle, et qu'un espace vide de matière n'existait pas. Bien que cette idée ait guidé Einstein dans la découverte de la relativité générale, cette théorie n'a pu amener à une preuve explicite de ce principe. Cependant, bien que non explicitement démontré, ce principe n'est pas non plus infirmé par les théories physiques actuellement admises".
     *Ceci constitue en fait l'essence de la philosophie du "relationalisme". Chaque entité dans l'univers évolue dynamiquement, en étant en interaction avec tout le reste de l'univers.
Un débat ancien a opposé les relationalistes, qui pensent que l'espace n'est rien de plus que la façon dont les choses physiques sont arrangées, leurs relations, si bien que s'il n'y avait plus de matière dans l'univers, il n'y aurait pas lieu de parler d'espace non plus, aux Philosophes substantialistes, pour qui l'espace est une substance, dans le sens où c'est une entité qui pourrait subsister indépendamment de ce qui s'y trouve (les objets matériels). Ce débat, dont un des premiers protagonistes en faveur du relationalisme est Leibniz, tourna à la victoire de la vision absolue de New ton avec son espace absolu. Cette vision fut détrônée par la théorie de la relativité, établissant une vision relationnelle. Mais le débat n'est pas terminé comme on peut le voir dans la théorie de la relativité générale et le statut ontologique de l'espace-temps: "l'espace-temps substantiel: c'est l’espace-temps avec le champ métrique (= la structure géométrique) qui définit l’espace-temps absolu. Les points de l’espace-temps sont des substances uniquement avec leurs propriétés métriques" . Mais reste "Les problème :
      Quel est le rapport entre les propriétés métriques et les propriétés de l’énergie-matière non gravitationnelle ? 
     Le substantialisme: Il y a deux types d’entités distinctes. Pourquoi ? 
     Le relationnalisme: Les points matériels possèdent les deux types de propriétés. Quel rapport y a t-il entre elles ? → structure dynamique, régissant le changement des relations spatiales entre des points matériels"
Lee Smolin relance donc le débat en affirmant que toutes les propriétés dans une théorie cosmologique devraient refléter des relations en évolution parmi des entités dynamiques, consacrant ainsi une revanche de Leibniz sur Newton. 
     -Conséquences de ce relationalisme: l'identité des indiscernables.
"Si les propriétés 
d'un corps (les propriétés par lesquelles nous l'identifions et le distinguons des autres corps) sont des relations avec ces autres corps, alors il ne peut y avoir deux corps ayant le même ensemble de relations avec le reste de l'univers. Si deux choses ont exactement les mêmes relations avec tout le reste de l'univers, c'est qu'elles sont une seule et même chose". Ceci est un autre principe, l'identité des indiscernablesun principe posé par Leibniz d'aptitude à concevoir les choses comme discernables les unes des autres.
 Il stipule que "si deux particuliers possèdent les mêmes propriétés, alors ils sont identiques". Comment Leibniz voit t-il l'identité des indiscernables? "Il faut toujours qu'outre la différence du temps et du lieu, il y ait un principe interne de distinction et, quoiqu'il y ait plusieurs choses de même espèce, il est pourtant vrai qu'il n'yen a jamais de parfaitement semblables: ainsi, quoique le temps et le lieu (c'est-à-dire le rapport avec le dehors) nous servent à distinguer les choses que nous ne distinguons pas bien par elles-mêmes, les choses ne manquent pas d'être distinguables en soi. Le précis de l'identité et de la diversité ne consiste donc pas dans le temps et dans le lieu, quoiqu'il soit vrai que la diversité des choses est accompagnée de celle de temps ou du lieu, par ce qu'ils amènent avec eux des impressions différentes sur la chose. Pour ne point dire que c'est plutôt par les choses qu'il faut discerner un lieu ou un temps de l'autre, car d'eux-mêmes ils sont parfaitement semblables, mais aussi ce ne sont pas des substances ou des réalités complètes".
D'abord posé par Leibniz, ce principe est "hautement controversé et ne doit pas être confondu avec sa converse, beaucoup plus largement acceptée : le principe de l'indiscernabilité des identiques, qui dit que si deux entités sont identiques, alors elles possèdent toutes leurs propriétés en commun1". Il y a donc des doutes quant à la validité du principe d’identité des indiscernables: "L’argument en faveur du principe de l’identité des indiscernables serait alors que des doubles indiscernables, s’il en existait, ne serait pas individués. Il s’agirait alors de choisir entre sauver le principe d’individuation ou sauver celui d’identité des indiscernables. Le choix semble difficile. Un argument classique dû à Max Black offre lui à choisir entre la validité de la théorie des faisceaux et celle du principe d’identité des indiscernables". selon Black "On doit à Leibniz d’avoir avec le plus de succès attiré l’attention des philosophes sur la question de métaphysique suivante : deux objets numériquement distincts peuvent-ils être identiques à tous les égards, i.e., être parfaitement semblables ? Leibniz répond à cette question par la négative. Il n’est pas vrai, dit-il, que deux substances se ressemblent entièrement, et soient différentes solo numero [Leibniz 1880, 433]" Pour le dire autrement, il ne saurait y avoir de différence numérique sans au moins une différence qualitative (i.e., une différence à l’égard d’au moins une propriété). Il souscrit ainsi au principe connu aujourd’hui sous le nom de principe de l’identité des indiscernables (désormais PII). Il est notoire que ce principe, capital pour Leibniz, est l’objet de vives controverses. On le trouve en effet au cœur d’une série de divergences radicales touchant aux notions les plus fondamentales de la logique et de la métaphysique : l’identité, l’individu, la propriété, la relation ou encore l’espace et le temps". C'est cette "dispute philosophique" que met en scène le dialogue de Black.
L'identité des indiscernables est encore une conséquence du principe de raison suffisante de Leibniz, car s'il y a deux entités distinctes ayant les mêmes relations au reste de l'univers, il n'y a aucune raison pour qu'elles soient telles qu'elles sont et ne puissent pas être échangées. Cela voudrait dire que ce fait n'aurait aucune explication rationnelle. Cette longue digression autour de Leibniz montre la profondeur de la philosophie de ce dernier.
lien: http://www.phys.ens.fr/cours/cours-mip/MagCh02.pdf (particules identiques)

     
serge.mehl.free.fr -symétrie, vitrail
2-3) Pour la nouvelle théorie cosmologique encore inconnue), il ne peut y avoir de symétries fondamentales.
Il résulte de ce "relationisme" et de ses conséquences qu'il ne peut y a avoir aucune symétrie fondamentale dans la nature.  Wikipedia nous dit: "
En physique la notion de symétrie, qui est intimement associée à la notion d'invariance, renvoie à la possibilité de considérer un même système physique selon plusieurs points de vue distincts en termes de description mais équivalents quant aux prédictions effectuées sur son évolution". Quel rôle joue la symétrie dans la nature ? "La symétrie dévoile l’existence de lois au sein de l’apparent désordre général de la nature. Elle signifie que, pour une phase, pour un état, pour un niveau d’organisation de la matière, existent des lois d’équilibre. Mais, il y a aussi des passages d’une phase à une autre, d’un état à un autre, d’un niveau d’organisation à un autre et les lois sont limitées par l’existence de sauts que sont les transitions de phase, les changements d’état et les interactions d’échelle qui, eux, sont décrits par des brisures de symétrie.
Donc, en fait, la symétrie que la science étudie permet de trouver des lois à partir des régularités qu'on observe,  mais il ne s’agit pas de celles des objets naturels. Il s’agit en fait de la symétrie des lois de la physique. La nature se caractérise par des brisures de symétrie. 
Un exemple de symétrie est la translation d'un sous-système d'un endroit de l'espace à un autre. Etant donné que les lois de la physique ne dépendent pas du lieu où se trouve un système. Les prédictions qu'on peut faire sont inchangées si le laboratoire, et tout ce qui pourrait affecter les résultats expérimentaux est déplacé d'une distance quelconque vers une direction quelconque. L'indépendance des résultats expérimentaux par rapport à la position dans l'espace se traduit en disant que la physique est invariante par la translation des systèmes dans l'espace. La physique moderne exploite et utilise ces symétries avec en particulier la théorie des groupes qui permet de déterminer sans les calculer si des intégrales sont attendues nulles ou pas. Le théorème de Noether, "qui exprime l'équivalence qui existe entre les lois de conservation et l'invariance des lois physiques en ce qui concerne certaines transformations (typiquement appelées symétries)" peut être considéré comme "le couteau suisse de la physique". Sa relation avec le lagrangien nous amène en particulier du lagrangien au mécanisme de Higgs. par le modèle standard.
Pourtant, si les principes de Leibniz sont corrects, les symétries ne doivent pas être fondamentales. Elles découlent de la manière de traiter un sous-système de l'univers comme s'il était le seule chose existante. Elles ont permis les fantastiques victoires et succès de la physique moderne, mais en même temps, elle conduisent aux paradoxes et dilemmes qui ont amené Lee Smolin a écrire "rien ne va plus en physique". Et c'est parce que nous ignorons les interactions entre les particules qui composent le laboratoire (le système que nous observons) et le reste de l'univers qu'il est si peu important de déplacer le laboratoire dans l'espace. Et cela explique que c'est la même chose (isotropie ou invariance par rotation) si nous faisons tourner le sous-système, mais si nous prenions en compte ces interactions, le fait de tourner le sous-système aurait certainement une importance.
En effet, que se passe t-il si c'est l'univers lui-même qui est translaté ou qui a tourné? Ce n'est pas une symétrie du système, car l'univers étant un Tout unique, aucune position relative n'est modifiée. Dans une perspective relationnelle, cela n'a aucune signification de faire tourner ou translater l'univers. Ces symétries ne sont donc pas fondamentales, elle ne se produisent que dans la division du monde en deux parties, le système observé et le reste de l'univers. Ces symétries ne sont que des aspects de lois approchées appliquées à des sous-systèmes de l'univers. Mais alors, si ces symétries sont approchées, il en va de même des lois de conservation (certaines de ces lois n'ont jamais été mises en défaut). Elles expriment, comme nous venons de le voir, le théorème de Noether, c'est à dire l'équivalence qui existe entre les lois de conservation et l'invariance des lois physiques en ce qui concerne certaines transformations, les symétries. Ce théorème ne s'applique qu'aux systèmes descriptibles par un lagrangien. Il existe un théorème analogue pour la mécanique hamiltonienne. Ce théorème fondamental (https://arxiv.org/pdf/physics/0503066v2.pdf), établi par Emmy Noether en 1918 est un des piliers de la physique et pourtant Lee Smolin affirme que la théorie cosmologique inconnue ne devra contenir ni symétries, ni lois de conservation et que ce raisonnement général est confirmé dans le cadre de la relativité générale qui, lorsqu'on l'applique à un univers fermé, n'a plus ni symétries, ni lois de conservation. Beaucoup de physiciens, impressionnés par le succès du modèle standard, aiment pourtant dire que plus une théorie est fondamentale, plus elle devrait contenir de symétries. C'est donc apparemment la mauvaise leçon à en tirer. En effet, il est visible à partir des théories des cordes, que plus une théorie possède de symétries, moins elle possède de pouvoir explicatif.

     2-4) Qu'aura à dire la nouvelle théorie sur la nature du temps?


lapressegalactique.com conscience quantique et nature du temps

La théorie de la relativité générale a déjà dissous le temps en liant intimement espace et temps. Le temps disparaîtra t-il (et émergera t-il seulement lorsque ce sera nécessaire) comme dans la cosmologie quantique de Julian Barbour? Pour ce dernier, le temps n'existe pas et la dynamique des formes et des configurations y bouscule quelque peu Einstein! Ou alors contrairement à toutes les théories depuis Newton et comme le pense Lee Smolin, le temps y jouera t-il un rôle essentiel? En effet, pour toute théorie qui aura l'ambition de répondre à la question "pourquoi ces lois"? et pour laquelle elles doivent être expliquées, ces lois devront évoluer. Et en s'appuyant sur la philosophie de Charles Sanders Peirce (Philosophe et Logicien, 1839-1914), il amorce son raisonnement: « Supposer que les lois universelles de la nature puissent être appréhendées par l'esprit et cependant ne disposer d'aucune explication pour leur forme, autre qu'inexplicable et irrationnelle, est une position difficile à justifier ». Le principe de raison suffisante de Leibniz implique que la science devrait être capable de répondre à la question pourquoi ces lois plutôt que d'autres? Pierce le souligne bien en écrivant: "Les uniformités font précisément partie de de ces faits ayant besoin de d'être expliqués...La loi est par excellence la chose qui exige une raison". D'où la nécessité de répondre à la question: pourquoi ces lois? Puis il affirme que "la seule manière possible de rendre compte des lois de la nature et de l'uniformité en général est de supposer qu'elles sont le fruit de l'évolution". Donc le fruit de leur rapport au temps.
Pierce n'a pas argumenté ni justifié cette dernière affirmation. Mais la tâche de le science est d'expliquer pourquoi un objet, ici l'univers, possède la propriété particulière que les particules élémentaires interagissent "via" des processus décrits par le modèle standard de la physique des particules. Et ses 18 paramètres particuliers ne représentent qu'une possibilité parmi un nombre énorme de choix pour les lois de la nature (En affinant la théorie des cordes,l es manières de recourber ces dimensions supplémentaires sur elles-mêmes sont si nombreuses (environ 10 puissance 500) que la Théorie des cordes conduit à une quasi-infinité de lois physiques possibles). 
Voir aussi: http://www.doublecause.net/index.phppage=Conference_Institut.htm (Les théories de GU (grande unification) font vibrer l'espace-temps) "Le problème est que Stephen Hawking ne dit pas ça du tout, lui. Il dit que nous ne vivons que dans une seule branche du multivers, or il n'a aucune preuve de cela. Il y a en fait 10 à la puissance 500 possibilités de faire varier les vibrations des cordes, et vivre dans une seule branche du multivers signifierait que cette vibration est toujours la même : aucune raison à cela, c'est arbitraire)".
Alors, comment expliquons-nous pourquoi une entité peut avoir une propriété particulière parmi un nombre aussi invraisemblablement vaste d'alternatives? Puisque ces alternatives existent, il n'y a pas de raison nécessaire pour ce choix et aucun principe ne spécifie les lois exactes que nous constatons. Il doit donc certainement y avoir une raison échappant à la nécessité logique et il y sans doute eu des cas où le choix aura été différent. Comment expliquer la manière dont le choix a été fait dans le cas de notre univers? Cette question ne se pose pas si nous sommes en présence d'un cas unique, car dans ce cas, il n'y aura jamais d'explication suffisante et aucun principe logique ne peut déterminer le choix. Pour qu'il puisse y avoir une explication suffisante, il faut qu'il y ait d'autres univers initialement dotés de lois, donc plus d'un événement semblable au big bang où des lois de la nature ont dû être choisies. La question est alors de savoir comment ces événements, qui choisissent les lois, sont distribués. On peut faire l'hypothèse que l'univers doit contenir toutes les chaînes causales nécessaires à l'explication de tout ce qui s'y trouve, c'est à dire que l'univers doit être fermé sur les plans explicatif et causal (les explications des aspects de notre univers dépendent uniquement des choses qui existent ou se produisent dans l'univers. Aucune chaîne d'explication ne doit aboutir hors de l'univers). Pour expliquer comment les lois effectives ont été choisies lors de notre big bang, nous ne pouvons faire appel qu'à des événements survenus dans le passé (causal)  du big bang. On peut alors appliquer la même logique aux causes des choix des lois qui ont été faits lors des bigs bangs antérieurs aux nôtres, ce qui laisse supposer qu'il existe une séquence de bangs s'étendant sans fin dans le passé. Si nous prenons un point de départ arbitraire et si nous suivons le choix le choix des lois par le suite, nous verrons ces lois évoluer lorsque nous nous rapprochons de notre univers actuel. Ainsi cela permet de rejoindre la conclusion de Peirce disant que si nous espérons expliquer les lois, celles-ci doivent avoir évolué. Pierce était très influencé par Darwin, mais on peut seulement supposer (si dit Smolin, on s'en tient au texte), qu'il comprenait évolution dans son sens plus général d'un changement dans le temps selon un certain processus dynamique. Ainsi, il apparaît que la réponse à la question "Pourquoi ces lois?" ne peut expliquée scientifiquement que si le temps est réel.
Dans toutes les hypothèses sur la séquentialité des bangs et leurs ramifications dans le passé ou dans le futur et sur ce qui se passe durant ces événements, on ne peut expliquer le choix des lois effectué dans le big-bang le plus récent qu'en termes d'événements situés dans son passé causal. Ce type de scénario pourrait même être vérifié expérimentalement à travers l'information laissée dans les résidus qui auraient survécu à la naissance de notre univers. Mais si le big bang n'a aucun passé, le choix des lois et des conditions initiales est arbitraire et il n'y a aucun test possible. De même il n'y aura pas non plus de test possible pour les scénarios dans lesquels existeraient une population vaste, voire infinie d'univers dont les big- bangs seraient déconnectés du notre. Ce postulat d'univers parallèles qui seraient causalement déconnectés du notre ne peut en rien, dit Lee Smolin, nous aider nous aider à expliquer les propriétés de notre univers. Pour avoir une prédiction qui soit falsifiable (au sens de Popper, c'est à dire que l'on peut contredire au moyen d'une expérience réalisable), il faut que les lois évoluent avec le temps. 
En réponse à la question "Qu'aura à dire la nouvelle théorie sur la nature du temps?" ,on peut résumer par par la formulation de Roberto Mangabeira Unger (voir l'univers singulier et la réalité du temps, écrit avec Lee Smolin): ou bien le temps est réel, ou bien il ne l'est pas! S'il ne l'est pas, alors les lois sont intemporelles, mais le choix de ces lois est inexplicable. Mais si le temps est réel, rien ne dure toujours, pas même les lois. Si les lois agissent pour toujours, on est dans le paradigme newtonien et on peut réduire toute propriété du monde d'un moment ultérieur à celle d'un moment antérieur. Cela signifie de manière équivalente qu'on peut remplacer n'importe quelle relation causale par une relation logique.Donc le fait que le temps soir réel signifie bien que les lois ne durent pas pour l'éternité, et donc qu'elles doivent évoluer. 
La notion de loi intemporelle telle que la physique l'a envisagée jusqu'à présent viole le principe du "relationnel", principe qui devrait contraindre la nouvelle théorie cosmologique comme nous l'avons vu en 2-2). Il résulte du principe d'absence d'actions sans réciproque  selon lequel rien dans l'univers n'agit sans qu'on puisse agir dessus. Si on fait le choix que les lois dérogent à ce principe, en les voyant comme "extérieures à l'univers", on les place alors hors du domaine de l'explication rationnelle. Pour rendre ces lois explicables, il faut les considérer comme faisant partie du monde comme tout objet sur lesquelles elles agissent comme les particules élémentaires. Elles deviennent alors du ressort de la causalité en participant du changement et de l'influence mutuelle qui font du monde un tout.. 

3) Conclusion de ce chapitre "nouveaux principes de cosmologie".
La théorie cosmologique recherchée n'est pas encore là, mais nous savons quelque chose sur elle avec les principes que nous avons vus au cours de ce chapitre.
*La nouvelle théorie devrait contenir ce que nous savons déjà sur la nature, mais en tant qu'approximation.
*Elle devrait être scientifique et donc impliquer des prédictions spécifiques qu'on peut anticiper et mettre en test avec des expériences réalistes.

*Elle devrait résoudre le problème de "Pourquoi ces lois".
*Elle devrait répondre à la question "Pourquoi ces conditions initiales"?
*Elle ne contiendra ni symétries fondamentales ni lois de conservation. "L'argument de Smolin est basé sur le théorème de Noether qu’il considère extrêmement important, et sur l’idée que les symétries ne sont valables que « dans une boîte », et parfois imparfaites. Donc il ne dit pas que les symétries ou les lois de conservation sont fausses, mais plutôt qu’elles devraient résulter de la théorie (selon le point 1) au lieu d’en être le fondement comme dans les théories basées sur la supersymétrie par exemple".
*Elle devrait être fermée causalement et répondre à l'exigence d'un principe de fermeture explicative pour que les explications que donnera notre théorie soient des aspects de notre univers qui dépendent uniquement des choses qui existent ou se produisent dans l'univers. Rien hors de l'univers ne doit être requis pour expliquer quoi que ce soit à l'intérieur de l'univers.
*Elle devrait satisfaire le principe de raison suffisante, le principe d'absence d'actions sans réciproque et le principe d'identité des indiscernables.
*Ses variables physiques devraient décrire des relations évolutives entre entités dynamiques. On ne devrait y trouver aucune référence à une structure de fond fixe avec des lois figées de la nature.  Les lois de la nature évoluent et impliquent que le temps est réel.

Nous verrons dans le prochain article "les lois évolutives" comment ces hypothèses peuvent conduire à des théories pouvant permettre des prédictions testables.


contrepoints.org la renaissance du temps
liens symétrie:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sym%C3%A9trie_(physique) (symétrie)
https://philosophiascientiae.revues.org/787 (Principes d’invariance et lois de la nature d’après Weyl et Wigner par Christophe Eckes)
http://feynman.phy.ulaval.ca/marleau/pp/10cpt/sym_fondamentales.html (symétries P C T)
http://www.phys.ens.fr/cours/notes-de-cours/fl-dea/chap-1.pdf (les transformations de symétrie en mécaniques classique et quantique)

http://webinet.blogspot.fr/2009/09/le-theoreme-de-noether-couteau-suisse.html (Le théorème de Noether: couteau suisse de la physique)
https://www.matierevolution.fr/spip.php?article1635 Quel rôle joue la symétrie dans la nature ? par Robert Paris: La symétrie dévoile l’existence de lois au sein de l’apparent désordre général de la nature)
http://www.matierevolutioner/Cours/M1_09/chap3.pdf (brisure spontanée de symétrie)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9or%C3%A8me_de_Noether_(physique) (Le théorème de Noether exprime l'équivalence qui existe entre les lois de conservation et l'invariance des lois physiques en ce qui concerne certaines transformations (typiquement appeléessymétries)
http://physiquepcsimoreggia.hautetfort.com/media/02/01/3951904845.pdf (symétries et invariance, théorème de gauss)
https://www.phys.ens.fr/~dbernard/Publications/PolyGroupSym2012.pdf (D. BERNARD, Y. LASZLO et D. RENARD ELÉMENTS DE THÉORIE DES GROUPES ET SYMÉTRIES QUANTIQUES)
http://www.fsr.ac.ma/cours/chimie/jouhari/ELJouhariTheorieGroupes.pdf (théorie des groupes)
https://etudesplatoniciennes.revues.org/269 (Un univers excessivement mathématique : Platon et la cosmologie moderne Les leçons de l’histoire Les défis de la cosmologie scientifique Une cosmologie purement mathématique ? Sauver les phénomènes, ou se sauver ? Une sensibilité cosmique Les leçons de la cosmologie spéculative)
http://blog.rechercheshumanistes.org/tag/jean-francois-robredo/(Le Big Bang, mythe? : écoutez l’entrevue!
par Mario)
.fr/spip.php?article606  (La rupture de symétrie est devenue une image reconnue depuis qu’elle décrit l’évolution de la matière et de l’univers. En fait, elle est aussi une constatation de notre vie de tous les jours)
http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/face-a-face-avec-la-symetrie-12/ (face à face avec la symétrie 1/2)
http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/face-a-face-avec-la-symetrie-22/ (face à face avec la symétrie 2/2)
http://lewebpedagogique.com/physique/quest-ce-que-la-brisure-de-symetrie/ (La symétrie des objets naturels (les flocons de neige, certaines fleurs) a quelque chose de fascinant car relativement rare. Lorsqu’on parle de symétrie en physique, il ne s’agit pas de celles des objets naturels. Il s’agit en fait de la symétrie des lois de la physique. Mais que vient faire la symétrie dans ces lois ?)
http://www.lpthe.jussieu.fr/~zubhttp://lastethese.free.fr/node1.html (la physique des particules)

Autres liens:
https://www.contrepoints.org/2015/01/30/196215-la-renaissance-du-temps (Une recension du dernier ouvrage de vulgarisation du spécialiste de physique théorique Lee Smolin par Philippe Guglielmetti (Le site de l'auteur))
http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2013/136/smolin.htm (par Jean-Paul Baquiast: Time Reborn: From the Crisis in Physics to the Future of the Universe)http://bdugue.typepad.com/a/2015/04/la-relativit%C3%A9-et-les-sciences-en-crise-quelle-est-cette-r%C3%A9volution-qui-advient.html  (La relativité et les sciences en crise. Quelle est cette révolution qui advient ? par bernard dugué)
http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/en-finir-avec-la-relativite-181663 (En finir avec la relativité générale ! Du séisme scientifique aux enjeux politiques et religieux avec la nouvelle théorie de la Matière par bernard dugué)
https://www.unil.ch/philo/files/live/sites/philo/files/shared/philosophie_des_sciences/enseignement/bachelor_unil/Cours-nature-ch6.pdf (La théorie de la relativité générale et le statut ontologique de l’espacetemps ch. 6)
http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-nature-de-l-espace-temps-une-decouverte-qui-pourrait-bouleverser-la-physique-moderne-78576061.html (Nature de l’Espace-Temps : Une découverte qui pourrait bouleverser la physique moderne. Des théories suggèrent que la nature quantique de l’espace-temps devrait se manifester à l’échelle de Planck Des théories suggèrent que la nature quantique de l’espace-temps devrait se manifester à l’échelle de Planck (10-35m). Cependant, les observations de Integral qui sont environ 10 000 fois plus précises que les précédentes montrent que la granularité de l’Espace-temps devrait se situer à une échelle de 10-48m ou moins.« C’est un résultat très important en physique fondamentale et il exclura certaines théories des cordes et théories de gravitation quantique à boucles » a déclaré le Philippe Laurent)
http://www.philipmaulion.com/article-bouts-de-chemin-124135271.html (trois exemples sont illustrés par des rencontres avec les positions de Max Tegmark qui sont exprimées dans une interview dans ‘La Recherche’ de juillet-aout 2014 : « La Réalité n’existe pas », ensuite avec Lee Smolin dont son livre « La Renaissance du Temps » vient d’être publié en français chez Dunod, enfin avec Jean-François Robredo (philosophe et historien des sciences) qui vient de publier un livre : « Le Big Bang est-il un Mythe ? »)
http://densite-zero.e-monsite.com/blog/articles/la-theorie-du-dedoublement-jean-pierre-garnier-malet.html   (La théorie du dédoublement - Jean-Pierre Garnier Malet)
http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/en-finir-avec-la-relativite-181663 (bernard dugué: en finir avec la relativité générale! Du séisme scientifique aux enjeux politiques et religieux avec la nouvelle théorie de la matière)
http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/einstein-bouscule-par-de-jeunes-152944 (bernard dugué: Einstein bousculé par de jeunes physiciens : la dynamique des configurations, interprétation du principe de Mach (ni espace ni temps absolu ; tout est relation) par Julian Barbour selon lequel la gravité pourrait être reformulée comme une théorie dynamique des formes géométriques tridimensionnelles, la relativité du temps a été remplacée par la relativité d’échelle)
http://lepaysoeuvredart.ca/index.php/2016/11/03/wow-t2-7k-dans-la-foulee-des-recherches-cosmologiques-et-quantiques-du-physicien-britannique-julien-barbour/ («WOW-T=2.7K?»… DANS LA FOULÉE DES RECHERCHES COSMOLOGIQUES ET QUANTIQUES DU PHYSICIEN BRITANNIQUE JULIEN BARBOUR)
http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2015/153/multivers.htm (Lee Smolin postule que l'Univers est unique et qu'il existe un Temps, également unique, dans lequel s'inscrivent les lois fondamentales de la physique et les phénomènes ayant donné naissance à notre univers)
http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2014/oct/univers_est_il_unique.html (L'Univers est-il unique ? Ou non ?Et notre cerveau, quel est-il ? Présentation de 3 ouvrages: Aurélien Barrau Des univers multiples. A l'aube d'une nouvelle cosmologie, Carlo Rovelli Et si le Temps n'existait pas, Roberto Mangabeira Unger et Lee Smolin, The Singular Universe and the Reality of Time)
http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2006/fev/bioscom.html (bioscom, la nouvelle théorie scientifique de l'évolution. L'hypothèse anthropique: Mais pourquoi l'univers s'est-il construit ainsi, bien avant que la vie et que l'homme soient possibles ? Etait-il déjà programmé, dès le Big Bang ou même avant, pour pouvoir héberger la vie ? Les lois et constantes de la nature sont constamment rebattues à cette occasion, comme un jeu de cartes. En termes de probabilités, si l'on raisonne sur des séries de tailles presque illimitées, il n'y a aucune raison de penser qu'un univers, même aussi complexe que le nôtre, n'aurait pas pu émerger. Il n'y aurait, selon les calculs de Leonard Susskind, un des pères de la théorie des cordes, qu'une chance sur 10 puissance 500 pour qu'un tel événement se produise. Des explications qui n'expliquent rien Or pour James Gardner, ces deux façons d'expliquer pourquoi les constantes de l'univers paraissent miraculeusement adaptées à l'apparition de la vie et de l'intelligence n'expliquent rien. Les biocosmos Il se place ainsi dans une perspective darwinienne en l'appliquant à un méta-cosmos comportant des univers en évolution soumis à une compétition darwinienne pour la survie du plus apte. Il ne s'agirait plus alors de décrire l'apparition de formes de vie de plus en plus complexes  Des bébés-univers plus intelligents que leurs géniteurs)
Dans le site,philipmaulion.com: avec trois exemples je vais montrer qu’il peut arriver de partager le point de vue de physiciens sur un sujet spécifique alors que sur tout le reste on peut être en complet désaccord. rencontres avec les positions de Max Tegmark qui sont exprimées dans une interview dans ‘La Recherche’ de juillet-aout 2014 : « La Réalité n’existe pas », ensuite avec Lee Smolin dont son livre « La Renaissance du Temps » vient d’être publié en français chez Dunod, enfin avec Jean-François Robredo (philosophe et historien des sciences) qui vient de publier un livre : « Le Big Bang est-il un Mythe ? »

liens "la renaissance du temps.
http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-renaissance-du-temps-pour-en-151868 (par Bernard Dugué (La renaissance du temps : pour en finir avec la crise de la physique ?)
http://oiapmm.neowordpress.fr/2015/08/10/la-renaissance-du-temps/ (Claude Hespel, métaphysicien dans la revue Espace et Astrophysique de Juillet 2015)
https://sciencetonnante.wordpress.com/2012/05/14/la-plus-grosse-erreur-de-toute-lhistoire-de-la-physique/ (la plus grosse erreur de toute l'histoire de toute la physique. l'énergie du vide, si on compare le calcul fait en physique quantique à la valeur mesurée en astrophysique, on se rend compte que les deux diffèrent d’un facteur « 10 puissance 120 ». pourquoi est-elle si petite (en pratique), alors qu’elle devrait être si grosse (en théorie) ?)
http://www.revue-klesis.org/pdf/Loth-Klesis.pdf (POURQUOI LA PHILOSOPHIE DE L’ESPRIT ? François Loth (Université de Rennes I))
http://www.francoisloth.com/ (françois loth: métaphysique, ontologie, esprit)
http://www.les-philosophes.fr/kant-critique-de-la-raison-pure/Page-10.html (Voici comment est définie la sensibilité : la capacité de recevoir (réceptivité) des représentations par la manière dont nous sommes affectés par des objets s’appelle sensibilité. Tandis que l’intuition qui se rapporte à l’objet à travers une sensation s’appelle empirique.)

http://www.les-philosophes.fr/kant-critique-de-la-raison-pure/Page-2.html (Sans ces concepts purs de l’entendement, aucune expérience ne serait possible. Aucun objet ne nous apparaîtrait. Ce sont les conditions de toute expérience possible. Ils ne sont donc pas formés grâce à l’expérience, c’est bien au contraire grâce à eux qu’une expérience se forme. C’est pourquoi ce sont des concepts a priori. Il y a donc un ensemble de concepts a priori, qui constituent la forme de notre entendement, et c’est ce que n’ont pas vu les empiristes).
http://seulsdanslecosmos.hautetfort.com/tag/seau+de+newton (expérience de pensée, le seau de newton) 

http://www.astrosurf.com/luxorion/cosmos-quantique.htm(la cosmologie quantique -l'univers à l'échelle de planck)
http://www.astrosurf.com/luxorion/cosmos-quantique2.htm (la cosmologie quantique -l'instabilité du vide)
http://www.astrosurf.com/luxorion/cosmos-quantique3.htm (la cosmologie quantique et les multivers)
http://www.astrosurf.com/luxorion/cosmos-quantique4.htm (la cosmologiq quantique -les classes d'équivalence d'histoires)

http://www.astrosurf.com/luxorion/cosmos-quantique5.htm (la cosmologie quantique -de l'utilité du temps imaginaire) http://physique.quantique.free.fr/chapitre%2012.htm (les 4 interactions fondamentales tentative d'unification)  
https://actualite.housseniawriting.com/science/2016/07/28/un-debat-sur-la-physique-du-temps/16984/ (débat sur la physique du temps: Selon nos meilleures théories de la physique, l’univers est un bloc fixe où le temps ne fait que passer. Mais quelques physiciens veulent remplacer cet univers-bloc avec une théorie physique du temps)
http://www.einstein-online.info/spotlights/causal_sets (Géométrie de l'ordre: des ensembles de causalité)
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-univers-est-il-unique-ou-non-et-160727 (L’Univers est-il unique ? Ou non ? Et notre cerveau, quel est-il ? par Automates Intelligents (JP Baquiast))



Enregistrer un commentaire