9 nov. 2011

Un de mes blogs préférés: au gré du vent et du soleil (le châle)

au gré du vent et du soleil: le châle: Pour ce rien cet impondérable Qui fait qu'on croit à l'incroyable Au premier regard échangé Pour cet instant de trouble étrange Où l'on...


le châle

Pour ce rien cet impondérable
Qui fait qu'on croit à l'incroyable
Au premier regard échangé
Pour cet instant de trouble étrange
Où l'on entend rire les anges
Avant même de se toucher
Pour cette robe que l'on frôle
Ce châle quittant vos épaules
En haut des marches d'escalier
Je vous aime
Je vous aime
(Jean Ferrat, Je vous aime) 
 Van Dongen 
 Ce tableau représente la femme du peintre, entièrement nue, à l'exception d'une paire de bas et de talons hauts et d'un grand châle à frange. On comprend mieux pourquoi le tableau fut jugé obscène. Exposé de manière très crue, le corps est de plus mis en valeur par les attributs qui l'entourent: bas, bijoux, la panoplie de l'érotisme décadent. Mais il est également mis en valeur par la composition du tableau. D'abord par ce châle coloré aux longues franges dorées, qui pourrait complètement le dissimuler dans un nu plus classique et qui au contraire, se fait un plaisir de s'ouvrir, encadrant soigneusement le corps nu.
Mais ce qui met aussi en valeur ce corps, c'est cette intense lumière dorée qui laisse dans l'ombre, tout d'abord le visage (secondaire donc), mais aussi les pigeons qui viennent se poser aux pieds de la femme et le mendiant en bas à droite. Les oiseaux, elle semble les nourrir, puisqu'ils picorent à ses pieds, lui donnant un petit côté prosaïque bienveillant. Quant au mendiant, il lève les yeux vers elle, la regarde passer, "soulevant, balançant le feston et l'ourlet"  allant même jusqu'à attraper une frange de son châle. Pour l'implorer ou pour l'admirer? Dans les deux cas, le grand dédain dans lequel elle le tient offre un nouveau contraste avec le motif des oiseaux...
 Matisse : le châle de Manille
Francis Picabia : le châle vert

Le mot châle vient du persan  . L'objet lui-même était cependant fort répandu dans l'Antiquité, notamment en Asie Centrale, en Inde et en Asie occidentale.
Simple vêtement servant à se tenir chaud, il a joué aussi dans certaines cultures un rôle symbolique et rituel, comme par exemple le talit dont l'emploi, décrit déjà dans la Torah, se perpétue aujourd'hui.

Introduit très tôt en Europe, peut-être auXII èe  au temps des croisades, ou peut-être même avant cette période, lors des migrations des Roms depuis l'Inde du Nord-ouest et le plateau iranien, le châle fut intégré dans de nombreux costumes régionaux, aussi bien en Russie que dans l'Europe de l'Est.
En Perse, le châle se portait fréquemment autour de la taille chez les hommes. Alors qu'en Inde, il est porté indifféremment par les deux sexes, le châle s'est établi en Occident comme un vêtement essentiellement féminin.
Enregistrer un commentaire